Décryptages
décryptages

Sécurité et régions : réaction aux propositions de Dominique Reynié

07/09/2015

Dominique Reynié, chef de file LR/UDI pour la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, a dévoilé son programme le 1er septembre dernier. Surprise pour beaucoup d’observateurs : il place la sécurité des personnes et des biens au cœur de sa campagne, ce qui n’est théoriquement pas de la compétence des régions. Il a raison ! Mille fois raison. Si les nouvelles régions ont vocation à devenir les futurs échelons moteurs de la refonte du pacte républicain, il faut que ce sujet en fasse partie.

Je me bats sur ce site pour alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de mettre un terme à la dérive mafieuse de nos rues. Or l’organisation actuelle de la police ne garantit pas l’efficacité dans ce domaine. La police judiciaire ne s’occupe que des grosses affaires ; les polices urbaines ne disposent pas d’assez d’effectifs et ont trop de missions, en particulier le maintien de l’ordre public; les polices municipales n’ont pas de moyens juridiques, reléguées qu’elles sont au rôle d’adjoint de police judiciaire ; la gendarmerie, enfin, est en dehors des zones urbaines. Ne permettant pas de faire preuve de dynamisme et d’initiative, le patchwork est devenu obsolète et inefficace.

En ouvrant ce débat Dominique Reynié fait œuvre utile. C’est un enjeu transversal qui dépasse les partis.
Mais les obstacles et les questions sautent aux yeux : comment cette police régionale pourrait-elle s’articuler avec l’existant ? Est-ce une refonte de toute l’infrastructure policière et gendarmes que qui est envisagée ou une nouvelle force créée de zéro ? Sur quel budget ? Quels rapports celle-ci entretiendra-t-elle avec la justice ?

Quoi qu’il en soit, la démarche du candidat est parfaitement intéressante. Les lignes doivent bouger. Dire que l’on a besoin d’un plan régional et d’une commission livrant un rapport annuel sur les résultats, c’est simplement dire que le niveau national politicien n’est plus assez crédible. Nous manquons de chiffres, d’études, de transparence, de souci du terrain de proximité, de coordination des actions et de choix des priorités. Parlons-en !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*