Expert Invité
expert invité

Interview de Robin Cartwright, Member of the Global Initiative against transnational organized crime

20/10/2017

 

 

1.       How would you analyze the spread of illicit trade in Europe compared to other countries ? Are there differences in their evolution ? What are the figure people should have in head when they speak of illicit trade?

Traduction : Comment analysez-vous la progression du commerce illicite en Europe comparée à d’autres pays? Voyez-vous des différences? Quels sont les éléments que les gens devraient avoir présents à l’esprit?

Well I have just completed a paper on measurement of illicit trade for the ENACT project – an EU funded into organized crime initiative in Africa.  Comparing the different methods, they all have something to contribute, but all have their weaknesses.  The four principal methods, in my opinion, are official seizure statistics, trade statistics, consumer surveys and product surveys.  In Europe we are lucky enough to have good seizure and often survey statistics, and so can rely less on the trade method, which can yield misleading results.   OECD’s landmark study on counterfeit goods is focussed on Europe uses a form of seizure ‘prevalence’ statistics, but I tend to put more store in physical and consumer studies backed up by seizure evidence.  I co-authored a study for ten years at KPMG called ‘SUN’ which gave we believe accurate figures on illicit tobacco in Europe through physical surveys backed by consumer and seizure data.

Traduction : Je viens de terminer une étude sur  l’évaluation du commerce illicite pour le projet ENACT, une action menée par l’Europe pour aider à lutter contre le crime organisé en Afrique. Quand on compare les différents indicateurs, ils ont tous leur pertinence mais présentent aussi des faiblesses. Quatre indicateurs à mon sens sont significatifs: les chiffres officiels de saisies judiciaires, les statistiques sur le commerce, les études de consommateurs et celles portant sur les marchandises. En Europe nous avons la chance d’avoir des chiffres officiels de saisies fiables et souvent des études performantes qui nous permettent de moins compter sur les statistiques du commerce qui induisent parfois en erreur. Les études de l’OCDE sur les contrefaçons se focalisent sur l’Europe et utilisent des chiffres de tendance générale plus que des sources précises, c’est pourquoi je préfère en rester aux chiffres officiels sur les saisies que confirment les études de consommateurs. J’ai été pendant dix ans co-responsable chez KPMG d’une étude « Sun » qui, je le pense, a donné des chiffres justes et fiables sur le trafic de cigarettes en Europe en utilisant ces méthodes.

2.       According to you, could a european collaboration contribute to stop this phenomenon ? 

Traduction : Pensez-vous qu’une collaboration européenne pourrait endiguer le commerce illicite?

Not entirely, but to a significant degree.  We’ve already seen really positive efforts by pan-European organisations like OLAF, and Europe, in both publicising and combatting illicit trade.  Due to combined efforts, illicit trade in tobacco products, for example, fell in the EU accession states after 2009 number of years, despite price rises due to tax harmonisation with EU (Hungary, Romania and baltic).

But illicit trade in non excisable goods such as luxury goods, technology, clothing and other markets remains a ‘growth’ phenomenon we believe. I believe we really need to engage the consumer in preventing these crimes.

Traduction : Pas entièrement, mais on pourrait déjà le réduire significativement. On a déjà vu des efforts positifs par des organisations comme OLAF (Office européen anti fraude) et la commission européenne pour améliorer la connaissance du phénomène et le combattre. C’est ainsi que l’on a vu le trafic de tabac diminuer chez certains nouveaux membres de l’Union après 2009 (Hongrie, Roumanie et pays baltes) et ce malgré l’élévation des taxes due à l’harmonisation européenne.  Mais nous pensons que le commerce illicite reste très fort concernant les produits de luxe, la technologie, l’habillement et autres. Je pense vraiment que l’on doit œuvrer pour que le consommateur lui-même aide à lutter contre cette forme de criminalité. 

3.        Have you ever witnessed initiatives against illicit trade that you could share with us ?

Traduction : Pouvez-vous nous faire partager quelques expériences de lutte contre le commerce illicite?

One of the most exciting initiatives is the use of track and trace technology in securing and authenticating supply chains.  In pharmaceuticals, the dangers of fake drugs are life threatening, and efforts in US and EU have legislated in support of track and trace solutions to prevent these drugs entering the supply chain.  Sadly in sub-saharan Africa fake anti-malarials have been found in significant number, that have caused deaths as they have no active ingredients and malaria is a fast acting disease.  Though pack-level authentication consumers themselves can check if drugs are genuine from a simple bar code or unique reference code.

Traduction : Un très bon exemple est la traçabilité par des technologies de pointe du suivi de l’approvisionnement des produits. Dans l’industrie pharmaceutique, les risques de médicaments frauduleux mettent en danger des vies humaines. Des efforts conjugués aux Etats-Unis et en Europe ont abouti à des législations imposant un suivi plus important des produits de contrefaçon ou de contrebande pour qu’ils ne pénètrent pas les marchés officiels. Malheureusement, dans le sub-sahara on a retrouvé de nombreux  médicaments anti-malaria qui ne contenaient aucune substance active et qui ont causé des décès, la maladie progressant à toute vitesse. Par l’authentification sur les paquets, les consommateurs peuvent vérifier que leur produit est bon grâce au code-barre ou au numéro de référence unique. 

4.        If you were the new president of France, how would you counter illicit trade in the country ?

Traduction : Si vous étiez le président en France, comment lutteriez-vous contre le commerce illicite?

I think I would increase the visibility of the crime – illicit trade sometimes appears to be a victimless crime, but it isn’t.  The organised criminals running these trades also often run other significant crime businesses.  Indeed Pablo Escobar only started smuggling cocaine because other forms of contraband became too dangerous for him.

Traduction : Je pense que j’agirai pour accroître la visibilité de cette infraction. Le commerce illicite peut faire croire qu’il n’y a pas de victimes. C’est faux. Les gens qui sont dans le crime organisé font aussi dans le commerce illicite mais pas seulement. Pablo Escobar par exemple s’est mis dans le trafic de cocaïne parce que d’autres formes de contrebande devenaient trop dangereuses….

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*